Un bébé à livrer de Benjamin Renner

Voilà donc le premier album que je présente. Il s’agit d’Un bébé à livrer de Benjamin Renner. Il est paru aux éditions Vraoum et il coûte 29€. Il a été sélectionné parmi les Incontournables du festival d’Angoulême 2011.
Capture d’écran 2017-04-11 à 20.23.45.png
Voilà le résumé :
« C’est bien connu, ce sont les cigognes qui livrent les bébés…
Mais quand le volatile se casse une aile, il faut bien trouver un pigeon pour livrer le colis à Avignon, où on l’attend… En fait de pigeon, ce seront un canard idiot et un lapin crétin, difficilement cadrés par un gentil cochon un peu bougon.
Les trois compères vont avoir la difficile tâche de retrouver la direction d’Avignon, de trouver le moyen de s’y rendre le plus vite possible à coup de stratagèmes les plus improbables, et d’échapper aux nombreux pétrins dans lesquels ils vont se fourrer.Ce road movie cartoonesque, initialement dessiné pour la nièce de l’auteur, afin de lui expliquer d’où viennent les bébés, apporte finalement la réponse à une autre question de fond : où vont les bébés. A Avignon.
Pour ceux qui aiment : Tex Avery, Gaston Lagaffe, Road Runner, les Lapins Crétins, la musaraigne de l’Âge de Glace, Bugs Bunny, et toutes ces sortes de choses… »

Déjà, rien qu’en lisant le résumé, on sait qu’on va beaucoup rire. La petite équipe va donc se mettre en route pour livrer ce bébé. Le problème est qu’ils n’ont aucune idée de comment s’y rendre.Entre les scènes où les compères cherchent leur chemin et celles où ils n’arrivent pas à gérer le bébé, on est constamment en train de rire. Les trois personnages sont maladroits, ont toujours des idées folles pour « se tirer d’affaire ».
Ce que j’ai adoré dans le dessin de Benjamin Renner est que les pages sont très épurées.

Capture d’écran 2017-04-11 à 20.23.51.png

On a maximum quatre cases par page. Les couleurs utilisées sont toutes relativement claires. Les dessins sont doux et c’est très agréable. De plus, le rythme est assez élevé dans le sens où les péripéties se suivent rapidement. On se laisse porter et on dévore cet album.
Je vous mets une dernière planche !

Capture d_écran 2017-04-11 à 20.24.26

Cette planche me permet donc de parler du thème principal : le mythe de la cigogne. On connaît tous ce mythe et Benjamin Renner va lui donner un coup de jeune avec son humour. J’ai adoré me replonger dedans. Je trouve qu’il est très accessible. Donc je me verrais très bien le lire avec un enfant de 10/11 ans.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s